Consultation restreinte pour un media planning

Dernier Délai de soumission : 25 mai 2016

Objectif :

• L’IVD se propose de lancer une consultation restreinte pour l’exécution d’un media planning dans le cadre de la campagne de sensibilisation des citoyens sur la date limite de réception des requêtes fixée au 15 juin.
Tâche à remplir :
• concevoir et réaliser un visuel pour la campagne
• concevoir un slogan pour la campagne
• coordonner et exécuter la campagne

Supports :

• Les supports à utiliser pour ce media planning de courte durée se limitent à la diffusion sur les medias audio visuels et écrits.
Matériel :
• L’agence utilisera les matériaux de sensibilisation déjà produits par l’IVD sur le sujet (spots).
Message à propager
• Après la date limite du 15 juin, aucune opportunité de saisir l’IVD pour tout type de requête (plainte, témoignage, demande d’arbitrage) ne sera plus possible.
Durée et délai :
• La campagne durera 15 jours (1er au 15 juin)
• Livraison : 5 jours à compter de la date de signature du contrat.
Documents à présenter lors de la soumission de l’offre :
• Une présentation générale de la société
• Une note conceptuelle sur la compréhension de la problématique et l’approche de communication préconisée
• De exemples de ses réalisations de spots TV et radio, de mise en place et diffusion de campagnes de communication intégrées
• La constitution de l’équipe et les CV proposés
• Un calendrier prévisionnel d’exécution

Offre financière

• Une offre financière sera soumise pour la réalisation de cette campagne

Publié dans Accueil | Laisser un commentaire

La « circulaire 108 » devant la justice transitionnelle

13087272_1793236504232501_4900337250108674765_o

C’est un « jour historique » pour plusieurs représentantes d’associations tunisiennes des droits de l’homme, plus spécifiquement celles militant pour les droits des femmes et les libertés de croyance et de culte telles que consacrées par la nouvelle Constitution. La circulaire 108 de sinistre mémoire, interdisant le port du voile dans les établissements publics, avait été instrumentalisée par l’ancien régime pour harceler l’opposition et justifier toutes sortes de violations du droit au travail. Aujourd’hui elles demandent réparation devant l’Instance Vérité et Dignité.

Une dizaine d’ONG représentant environ deux cents plaignantes se sont déplacées aujourd’hui pour déposer un dossier collectif, conformément aux dispositions de la loi 53-2013 relative à l’instauration de la justice transitionnelle, au siège de l’IVD.

« Des dizaines de familles et de vies ont été brisées par cette circulaire », a rappelé Salwa Gantri, chef du bureau de l’ICTJ à Tunis, ajoutant qu’il est important ne serait-ce que symboliquement que l’Etat tunisien reconnaisse les dérives inhérentes à l’application de la fameuse circulaire 108 sous l’ex dictature, en réhabilitant ces femmes.

Pour Ibtihel Abdellatif, présidente de la commission Femme au sein de l’Instance, « la réconciliation dans ce domaine n’est pas moins importante que celle avait récemment été illustrée par une poignée de main historique » entre l’Etat tunisien et Slim Chiboub en tant que demandeur d’arbitrage en matière de corruption.

2006 année noire de la répression anti voile

Lors de la rentrée scolaire et universitaire en Tunisie en 2006, lycéennes et étudiantes avaient fait l’objet de harcèlement jusque dans les rues des grandes villes : voiles arrachés, fonctionnaires licenciées, etc.

L’application de la circulaire 108 adoptée en 1981 sous Habib Bourguiba, et qui interdit le port du voile dans les établissements publics, prenait l’allure d’une large campagne répressive, menée par les plus hauts responsables et plus particulièrement ceux du parti au pouvoir, prétextant une recrudescence du port du hijab.

La sphère privée de centaines de femmes et de jeunes filles est systématiquement et brutalement violée au nom de la l’application de la « loi », alors que la controversée circulaire 108 avait toujours dénoncée pour son inconstitutionnalité, y compris au regard de l’ancienne Constitution.

En 2007, le tribunal administratif avait invalidé une décision de licenciement d’une enseignante du secondaire pour port du voile, ordonnant sa réintégration et le versement d’une année de salaire, créant une jurisprudence en matière de droit civil.

Publié dans Accueil | Laisser un commentaire

Sihem Bensedrine, présidente de l’IVD : « L’Instance publiera cette semaine son rapport annuel 2015 »

Publié dans Accueil | Laisser un commentaire

Signature d’un premier accord de principe entre l’Etat et un demandeur d’arbitrage

Une séance de travail s’est tenue jeudi 5 mai 2016 entre la Commission arbitrage et réconciliation relevant de l’Instance Vérité & Dignité, et le chargé du contentieux de l’Etat Kamel Hedhili, portant sur l’accord de principe entre deux parties : l’Etat et le gendre du président déchu Slim Chiboub. Il s’agit d’une première : stipulé par la loi 53-2013 sur la justice transitionnelle, le mécanisme d’arbitrage devient aujourd’hui effectif.

C’est donc l’Etat tunisien qui accepte de donner suite en l’occurrence à une demande d’arbitrage et de réconciliation de Slim Chiboub faite dans le cadre de l’IVD, l’Etat étant ici victime de corruption financière présumée, et de détournement des fonds publics.

Slim Chiboub a déclaré aujourd’hui vouloir « redevenir un citoyen ordinaire » et qu’il désirait « faire face aux Tunisiens lorsqu’il se déplace sur la voie publique ».

Le vice-président de l’IVD Khaled Krichi a salué « le courage de Slim Chiboub et sa confiance en le processus de justice transitionnelle ». La démarche devrait pousser d’autres hommes d’affaires à saisir l’IVD afin de bénéficier de ce même mécanisme qui à terme est potentiellement à-même de parvenir à une réconciliation nationale réelle, conforme aux standards internationaux en la matière.

13123395_1788560044700147_1186575638763549676_o

13147434_1788560511366767_6068701359704726266_o

Publié dans Accueil | Laisser un commentaire

Communiqué

Sans

Publié dans Accueil | Laisser un commentaire